Comment choisir sa région au Québec pour s’établir et travailler parmi les 17 régions du Québec à découvrir ?

Avez-vous déjà eu l’impression d’être dans un cul-de-sac professionnellement ?

Vous avez l’impression de tourner en rond professionnellement, le taux de chômage est élevé dans votre pays et les espoirs de vous en sortir pour avoir une vie confortable semble de plus en plus éloignés. Vous sentez que les gouvernements ne s’occupent pas des vrais problèmes de chômage, des emplois bien rémunérés avec de bonnes écoles pour vos enfants, avec un système de santé de niveau mondial etc…

Puis-je me permettre d’être direct ?

Vous aimeriez connaître vous aussi une belle vie avec votre petite famille, pouvoir aller au bout de vos capacités professionnelles pour exercer votre métier ou votre profession et pouvoir acheter une belle maison, dans un quartier sécuritaire et ayant tous les services à proximité.

Voilà la situation où vous en êtes quand vous faites face au problème de chômage que vous découvrirez en continuant de lire cet article.

Vous voulez savoir comment faire pour immigrer mais ce n’est pas tout, vous voulez en savoir un peu plus sur le pays d’accueil et personne n’en parle vraiment. On vous dit que le Québec a besoin de main-d’œuvre, c’est bien beau ! Mais il faut en savoir un peu plus. Lorsque l’on ne connaît peu ou pas du tout le Québec.

Je me mets à votre place si je voulais immigrer pour aller travailler en Thaïlande ou dans tout autre pays. J’aimerais en connaître un peu plus sur le pays et idéalement auprès d’une personne qui connaît bien son pays.

Je voudrais en savoir plus sur l’emploi, le taux de chômage, les opportunités de travail dans les entreprises pour savoir si en arrivant dans ce pays en question si je serai en mesure d’acheter une maison et de bien vivre, et c’est normal !

Vous vous dites probablement, comment puis-je apprendre l’essentiel sur le Québec avant d’immigrer lorsque l’on est à des milliers de kilomètres et que l’on travaille 40h-50h ou même 60h par semaine et que l’on doit s’occuper de sa famille , de la nourrir et de la loger.

Vous sentez que pouvoir apprendre tout cela prend beaucoup du temps et les années passent et vous voulez immigrer le plus vite possible. Vous ne voulez pas prendre des années pour immigrer de même que de connaître et comprendre plus le pays dans lequel vous voulez immigrer.

Pourquoi c’est important de connaître le Québec avant d’y immigrer ?

Je vous dirais que si vous ne voulez pas vous tromper et que votre famille vous le reproche ensuite, vaut mieux connaître et comprendre le pays dans lequel vous voulez immigrer avant de partir qu’après avoir dépensé et investis des milliers de dollars pour se rendre compte que le Québec n’est pas le pays rêvé.

Vous vous demandez si cela vaut la peine de faire autant d’effort. Eh bien, voici 4 raisons qui vont vous convaincre de d’immigrer au Québec

  • Un taux de chômage bas
  • Des emplois bien rémunérés
  • Plusieurs opportunités de travail
  • Possibilités de se créer une vie confortable

Vous voulez en connaître davantage, vous en apprendrez beaucoup  plus  en continuant de lire cet article

Voici donc comment choisir une région au Québec parmi les 17 ?

Il faut connaître et comprendre les 17 régions du Québec dans son ensemble pour mieux savoir quelle sera la région que vous allez choisir. Chaque région a ses particularités en emplois et surtout en opportunité. À part le taux de chômage bas, vous devez savoir si les secteurs d’emplois dans lequel vous êtes pourront vous être profitables.

Vous savez maintenant comment faire pour immigrer, maintenant vous devrez savoir où vous aimeriez vous installer vous et votre famille. Cependant le choix n’est pas simple à faire car le Québec est une province du Canada avec un grand territoire. Il faut savoir que 90% de la population canadienne habite à moins de 200 miles de la frontière des États-Unis. Donc, cela veut dire que le territoire est vide surtout peu peuplé

Voilà pourquoi le prix des terrains et par le fait même, le prix des maisons sont très peu chères par rapport à la France, l’Algérie etc….

Avant de pouvoir immigrer dans un nouveau pays et surtout si vous ne l’avez jamais visité avant, il serait bon d’en connaître un peu plus su celui-ci pour vous faire une idée de ce que cela pourra être de vivre au Québec. Si vous êtes abonné à ce blogue vous avez probablement reçu le guide comment vivre au Québec et vous en avez appris un peu plus sur le Québec.

Mais dans cet article, je vais vous parler un plus des 17 régions administratives qui existent et je vais vous les faire découvrir un peu plus au niveau de l’emploi, du taux de chômage et des opportunités qui s’y offrent etc…

Si vous voulez immigrer au Québec, vous devrez à un moment donné connaître davantage le Québec et ses régions, car le premier ministre François Legault veut inciter les immigrants à venir s’établir en région plutôt qu’en ville comme Montréal et Québec.

La raison en est bien simple et surtout depuis la crise du Covid-19, beaucoup d’emplois se sont perdus dans l’aéronautique et Bombardier qui a été un très gros employeur, n’est plus l’ombre de lui-même. Cette entreprise a perdu beaucoup de plumes et pas seulement à cause de la Covid-19 mais disons que cela n’a été qu’un accélérateur.

Bombardier à une certaine époque était dans les trains qui a été vendu depuis à Alstom, le C-series qui au point de vue technologique est un franc succès mais au niveau commercial s’est révélé un échec dû au dépassement de coûts pour sa conception et Bombardier n’était pas assez solide financièrement pour vendre son produit. Résultat, elle a dû vendre ou presque donner son projet à Air Bus sinon elle faisait faillite. Bref ce fût un beau projet développé au Québec, mais trop ambitieux pour ses moyens. La covid-19 n’a pas aidé, elle n’a fait qu’accélérer les choses dans ce secteur. Il ne reste que les avions d’affaires pour bombardier et ses emplois ne reviendront plus, du moins pas avant un certain temps. Faudra que le secteur des voyages et du transport aérien reprenne fortement et ce n’est pas demain la veille, pas avant 2023 même 2024 ou plus.

Cependant, les produits récréatifs sur lequel a vu le jour Bombardier créé par Joseph-Armand Bombardier qui a inventé la motoneige de marque ski-doo sont en bonne santé financière, mais tout le reste les avions et les trains, ce n’est plus le bombardier des années 80 et 90.

Mais heureusement le Québec n’a pas que ce secteur pour prospérer, c’est une province de PME car 97,8% des PME (Petites et Moyennes Entreprises) emploient moins de 50 personnes.

Si le secteur de la restauration et de l’hôtellerie souffrent présentement partout au Québec et ne connaît plus la pénurie d’emploi comme l’avant covivid-19, il reste qu’il y a plusieurs PME qui ont encore un besoin immense de main-d’oeuvre à combler.

Le premier ministre Legault a identifié que la pénurie de main-d’œuvre se trouvait en région, où se trouve la grande majorité des PME. Croyez-moi, le manque de main-d’œuvre est encore existant en région et il est encore temps de pouvoir se trouver un emploi.

Le ministère des Finances distingue trois types de régions au Québec :

Les régions ressources : Bas-Saint-Laurent, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Nord-du-Québec et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Les régions manufacturières : Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mauricie, Estrie, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Laurentides, Montérégie et Centre-du-Québec.

Les régions urbaines : la Capitale-Nationale (ville de Québec), Montréal, l’Outaouais et Laval.

Elles rassemblent 42,9 % de la population et leur PIB s’élève à 50 % de l’économie du Québec. Source : Portrait économique du Québec

Alors voici ces 17 régions du Québec que je vous présente à l’instant source: guide travailler au Québec du site immigrantquébec.com et vous connaîtrez en même temps toutes les professions régies par un ordre professionnel au Québec. Allez faire un tour, ça vaut la peine!

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Population : 147 508 hab

Taux de chômage : 3,7 %

Principales villes : La Sarre, Amos, Rouyn-Noranda, Val-d’Or, Malartic.

Principaux secteurs d’activités Agriculture et élevage bovin ; Exploitation et transformation : mines, forêt ; Transformation des matières premières. Secteurs qui recrutent Extraction minière ; Soins de santé et assistance sociale ; Produits en bois et Commerce de détail et de gros ; Transport et entreposage

Immense région boisée aux nombreux lacs, peu peuplée et riche en ressources naturelles, l’Abitibi-Témiscamingue est une région riche en or, ce qui fait de cette industrie un pilier de l’économie régionale. L’économie s’est beaucoup développée autour de l’exploitation et de la transformation des minerais et du bois, mais actuellement la région ne ménage pas ses efforts pour associer ce secteur à des centres de recherche. Elle mise également sur les services de santé, d’éducation, de transports pour répondre au plus près aux besoins de ses habitants. Si le secteur primaire autour de la mine, la forêt et l’agriculture constitue la structure économique historique de l’Abitibi-Témiscamingue, l’expansion du secteur tertiaire offre de belles perspectives en termes d’emplois à pourvoir dans les années à venir.

L’Abitibi-Témiscamingue constitue le cœur de la nation algonquine. Sept des onze communautés algonquines du Canada y sont installées, soit près de 7 450 personnes en 2013. L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) se répartit sur les trois campus de Rouyn-Noranda, Val-d’Or et Amos. L’UQAT a développé une antenne du campus dédiée aux Premières Nations avec un enseignement sur mesure. Principaux secteurs d’activités Agriculture et élevage bovin ; Exploitation et transformation : mines, forêt; Transformation des matières premières.

BAS-SAINT-LAURENT

Population : 197 384 hab.

Taux de chômage : 5,5 %

Principales villes : Matane, Rimouski, Rivière-du-Loup, La Pocatière. De La Pocatière aux Méchins, le Bas-Saint-Laurent s’étend le long du fleuve Saint-Laurent.

Principaux secteurs d’activités Agriculture et forêt ; Industries manufacturières  : aliments, produits en bois, papier ; Technologies agro-environnementales ; Écoconstruction ; Éolien ; Biotechnologies marines ; Technologies de l’information ; Écotourisme. Secteurs qui recrutent Construction ; Fabrication de produits métalliques ; Finance, assurances et immobilier ; Santé et services sociaux ; Technologies de l’information et des communications ; Transport

Ouvert sur le monde, il propose un mariage entre les commodités urbaines et l’environnement sain caractéristique de la campagne. À ce jour, de nombreux travailleurs, professionnels et gens d’affaires ont choisi le Bas-Saint-Laurent pour y travailler et y vivre à temps plein. Région diversifiée, son développement s’appuie en grande partie sur l’innovation et les emplois qu’elle offre sont souvent synonymes d’initiative et de créativité. Le secteur maritime, l’écoconstruction, la tourbe et les technologies environnementales ne sont que quelques domaines porteurs et en plein développement. Sa vie culturelle est riche, dynamique et variée. Arts visuels, musique, cinéma, théâtre, littérature, patrimoine sont très présents sur le territoire. Aussi, une relève se fait de plus en plus sentir dans les arts et la culture.

CAPITALE-NATIONALE

Population : 742 452 hab.

Taux de chômage : 4,0 %

Principales villes : Québec, Baie-Saint-Paul, La Malbaie. La région de la Capitale-Nationale se caractérise par son économie prospère, son entrepreneuriat en expansion et sa vie culturelle dynamique. Siège du gouvernement du Québec, la présence de fonctionnaires garantit aussi à la ville une excellente stabilité économique. La diversité de ses secteurs d’activités, ses services d’éducation et de santé, ses loyers accessibles, rendent la région très compétitive et nombre d’immigrants la préfère à Montréal.

Principaux secteurs d’activités Industrie manufacturière : bâtiment vert et intelligent ; Alimentation santé ; Assurances et services financiers ; Technologies de l’environnement ; Sciences de la vie  : diagnostic et vaccins, télésanté ; Technologies appliquées ; Tourisme. Secteurs qui recrutent Aliments ; Boissons et tabac ; Produits métalliques ; Machines, Commerce de détail et de gros ; Finance ; Assurances ; Immobilier et location.

UNE QUALITÉ DE VIE ENVIABLE

Pour la qualité de ses services scolaires et de santé, des activités culturelles et récréotouristiques, la ville de Québec a obtenu plusieurs distinctions au palmarès «American Cities of the Future 2015-2016 » du magazine britannique fDi, une publication du groupe The Financial Times. Elle s’est vue classée dans le Top 10 des catégories «Général – Ville moyenne du futur », « Facilité à démarrer ou reprendre une entreprise », «Meilleures stratégies de promotion et d’attraction d’investissements étrangers ». D’un point de vue économique et sécuritaire, Québec a tous les avantages d’une capitale sans forcément en avoir tous les défauts. La présence des ministères aidant, la ville de Québec peut se prévaloir d’un taux de criminalité nettement inférieur à celui enregistré dans les grandes villes canadiennes, Montréal comprise. La ville de Québec affiche également des loyers raisonnables et un coût de la vie moins élevé qu’à Montréal.

ÉCONOMIE STABLE ET EN PLEINE EXPANSION

Deuxième ville de la province en termes d’habitants, l’agglomération de Québec rime avec expansion économique, innovation, performance et créativité. Citadelle résolument tournée vers l’industrie des services, Québec a cependant négocié avec brio le tournant des nouvelles technologies. Main dans la main avec plusieurs centres de

Recherches réputés, des pôles de compétitivité ont ainsi pu grandir dans l’agglomération ces dernières années. Les sciences biomédicales, l’optique photonique, le laser, la robotique, le bioalimentaire et les technologies de l’environnement sont ainsi à l’honneur.

RECHERCHE ET CRÉATION

L’Université Laval à Québec compte près de 45 000 étudiants et est classée parmi les 10 plus grandes universités de recherche au Canada. Sa vraie plus-value réside dans sa capacité à allier savoir et pratique, pour rendre toujours plus performante sa population étudiante. L’Université Laval est reconnue pour ses recherches en neurosciences, en optique, photonique et laser, en géomatique, en génomique, en environnement, en études anciennes, etc. Rulaval.ca

PARC TECHNOLOGIQUE DU QUÉBEC MÉTROPOLITAIN

Premier parc technologique du Canada créé en 1988, le Parc technologique du Québec métropolitain regroupe une communauté d’affaires d’une centaine d’entreprises et centres de recherche qui emploient près de 5 200 travailleurs œuvrant dans les secteurs de la haute technologie et des sciences de la vie. Le Parc Techno met à l’honneur les talents, l’innovation et le développement durable. La zone d’échanges entre les travailleurs y est particulièrement stimulante.

CENTRE-DU-QUÉBEC

Population : 247 333 hab.

Taux de chômage : 2,7 %

Principales villes : Victoriaville, Drummondville, Bécancour. La position géographique du Centre-du-Québec, à proximité de Québec, Montréal et de la frontière américaine, fait de cette région un carrefour incontournable, elle qui se situe au centre des principaux axes routiers

Principaux secteurs d’activités Industrie manufacturière  ; Agriculture et élevage (production laitière) ; Transformation alimentaire ; Textiles techniques ; Tourisme. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Commerce de gros et de détail ; Fabrication ; Finance et assurances ; Hébergement et restauration ; Santé et services sociaux ; Services professionnels, scientifiques et techniques.

Les activités entrepreneuriales y sont très développées, notamment par la présence d’incubateurs industriels qui contribuent au démarrage de nouvelles entreprises. Sa structure industrielle s’est beaucoup diversifiée depuis deux décennies, grâce notamment à l’expansion des secteurs des produits métalliques, de la machinerie, du papier et du transport. L’agriculture représente aussi l’un des secteurs d’activités les plus développés avec une diversité des cultures et de l’élevage, une production laitière importante ainsi qu’un savoir-faire en transformation alimentaire.

Principaux secteurs d’activités Industrie manufacturière; Agriculture et élevage (production laitière); Transformation alimentaire; Équipements de transport; Textiles techniques; Tourisme; Développement durable.

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Population : 426 130 hab.

Taux de chômage : 3,2 %

Principales villes : Lévis, Saint-Georges, Thetford Mines, Sainte-Marie, Montmagny. La région de la Chaudière-Appalaches, située en face de la région de Québec, s’étend entre le fleuve Saint-Laurent et la chaîne de montagnes des Appalaches. Elle a également une frontière avec le Maine (États-Unis). Les régions de Lévis et de la Beauce en sont le cœur économique avec un maillage de PME très élevé.

Principaux secteurs d’activités Agriculture et agroalimentaire ; Matériaux composites et en plastique, textiles techniques ; Industrie manufacturière  : aliments, produits en bois, produits métalliques, meubles et produits connexes ; Valorisation du bois dans l’habitat ; Tourisme. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Foresterie et exploitation forestière ; Finance, assurance et immobilier ; Caoutchouc et plastique ; Commerce de gros ; Fabrication de machines ; Fabrication de produits métalliques ; Santé et services sociaux ; Transport et entreposage

Chaudière-Appalaches est une région dynamique aux riches ressources naturelles: l’industrie forestière et le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire y sont prospères.

Le secteur manufacturier, porté par les PME, est diversifié autour du bois, du textile, de l’alimentation, des produits métalliques et du plastique. Quant au tourisme, il ne cesse de se développer.

Le secteur tertiaire offre le plus d’emplois en commerce de détail, de services de santé, d’hébergement et de restauration.

Les secteurs de la finance et de l’assurance y sont historiquement implantés.

CÔTE-NORD

Population : 91 213

Taux de chômage : 5,8 %

Principales villes : Baie-Comeau, Port-Cartier, Sept-Îles. La région de la Côte-Nord est extrêmement vaste: à elle seule, elle occupe le quart de la superficie du Québec. Elle est également peu peuplée: 90 000 habitants répartis dans 33 municipalités et 21 territoires dont certains ne sont pas reliés au reste du Québec par voie terrestre. Concentrée sur la bande côtière, la population de la région se compose majoritairement de francophones et d’autochtones.

Sept-Îles et Baie-Comeau sont les deux pôles urbains qui profitent du développement économique et touristique. De toutes les régions du Québec, la Côte-Nord est probablement celle qui offre le cadre de vie le plus simple, pour les amoureux de la mer ou de l’immensité des plaines enneigées.

Son économie repose principalement sur l’exploitation des ressources naturelles: les mines, la forêt, l’énergie hydroélectrique, la transformation de l’aluminium, l’exploitation des ressources fauniques et halieutiques.

À noter que 78 % de la production régionale est exportée hors du Québec.

Principaux secteurs d’activités Industrie manufacturière  : mines de fer, forêt ; Transformation  : aluminium, hydroélectricité ; Sciences et technologies marines. Secteurs qui recrutent Extraction minière ; Transport et entreposage ; Soins de santé et assistance sociale ; Hébergement et services de restauration ; Commerce de détail ; Finance, assurances, immobilier et location.

ESTRIE

Population : 326 476 hab.

Taux de chômage : 5,0 %

Principales villes : Sherbrooke, Coaticook, Magog, Lac-Mégantic. Les Cantons de l’Est (devenu Estrie en 1946), dénomination utilisée aujourd’hui pour la région touristique, offrent un cadre de vie très agréable avec son relief de montagnes et de lacs, et ses maisons de style victorien.

Principaux secteurs d’activités Agriculture et production laitière ; Industrie manufacturière : mines (amiante et magnésium), textile ; Transformation du caoutchouc, bois et papier ; Microélectronique de pointe, outillage de précision, informatique ; Biomédical ; Bio-industries environnementales. Secteurs qui recrutent Produits métalliques ; Commerce de gros et de détail ; Finances, assurances, immobilier et location ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Soins de santé et assistance sociale

La proximité avec les États-Unis est sans conteste un atout dans le dynamisme économique de la région qui se classe au 1er rang au Québec en terme d’exportation.

Le secteur de la production agricole et laitière y joue un rôle important. Une cinquantaine de centres de recherche spécialisés fournissent de plus, à la région, une solide expertise dans des branches comme l’outillage de précision, les technologies biomédicales et environnementales et la microélectronique.

Le système d’éducation est bien implanté en Estrie avec des écoles primaires et secondaires, des cégeps, des écoles de formation professionnelle et d’éducation pour adultes et deux universités: Bishop, de taille modeste avec environ 2 400 étudiants, et celle de Sherbrooke avec ses quelque 40 000 étudiants.

La région compte un nombre d’anglophones non négligeable: 8,4 %. Leur présence est plus élevée dans les MRC de Memphrémagog et du Haut Saint-François.

SHERBROOKE : UNE VILLE AU COEUR DE L’ACCUEIL DES PERSONNES IMMIGRANTES

Entourée de lacs et de montagnes, Sherbrooke permet de retrouver à la fois les avantages de la ville et de la campagne! C’est la troisième ville québécoise à accueillir le plus grand nombre d’immigrants. En septembre 2011, la Ville de Sherbrooke a signé le renouvellement de l’Entente spécifique en régionalisation de l’immigration.

C’est dire combien la ville compte sur l’apport des immigrants pour contribuer au dynamisme de Sherbrooke. À

Sherbrooke, le secteur tertiaire domine le marché du travail, suivi par le secteur secondaire et le secteur primaire.

Les secteurs de la santé, de l’éducation et les autres services publics offrent les meilleures possibilités d’emploi; viennent ensuite les secteurs de la fabrication et de la construction.

La cité possède également des compétences dans cinq secteurs d’activité distincts: les sciences de la vie; les technologies propres; la micro-nanotechnologies; les technologies de l’information; la fabrication de pointe. Elle offre de nombreux débouchés aux entrepreneurs. Rville.sherbrooke.qc.ca

SHERBROOKE INNOPOLE

Sherbrook Innopole est un organisme de développement économique qui offre aux entrepreneurs un accompagnement stratégique, des services-conseils personnalisés et des solutions financières pour réaliser leur projet.

En outre, il œuvre à la rétention des étudiants internationaux à travers son projet « J’adopte l’Estrie », développé en partenariat avec le MIFI. Rsherbrooke-innopole.org Principaux secteurs d’activités Agriculture et production laitière; Industrie manufacturière: mines (amiante et magnésium), textile; Transformation du caoutchouc, bois et papier; Microélectronique de pointe, outillage de précision, informatique; Biomédical; Bio-industries environnementales.

GASPÉSIE ET ÎLES-DE-LA-MADELEINE

Population : 90 709 hab

Taux de chômage : 13,3 %

Principales villes : Gaspé, Agglomération des Iles-de-la-Madeleine, Chandler, Saint-Anne-des-Monts. Reconnue sur la scène internationale en tant que destination touristique de choix, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine se démarque par la qualité de vie dont jouissent ses citoyens et par son environnement unique au charme maritime qui recèle de ressources naturelles qu’elle entend développer de façon durable.

La péninsule gaspésienne concentre la majorité de la population. Territoire aux vastes étendues, entre mer et montagnes, la Gaspésie est un milieu de vie humain, sécuritaire, chaleureux, authentique et stimulant. Par le biais des activités d’accueil des nouveaux arrivants, les occasions sont multiples de rencontrer des gens de sa nouvelle communauté, qu’ils soient originaires de la région, du Québec ou d’ailleurs.

Terre d’accueil des personnes immigrantes depuis toujours, la Gaspésie compte sur la présence de plus de 50 nationalités bien

Principaux secteurs d’activités Agriculture ; Pêche ; Exploitation forestière ; Éolien ; Transformation des produits marins ; Biotechnologies marines ; Tourisme santé-nature. Secteurs qui recrutent Transport et entreposage ; Finance, assurances, immobilier et location ; Soins de santé et assistance sociale ; Construction ; Commerce de détail ; Services d’enseignement.

L’échelle humaine des villes et villages laisse à chacun le loisir de prendre sa place et d’influencer son environnement. Milieu insulaire situé en plein cœur du Golfe du SaintLaurent, les Îles-de-la-Madeleine offrent quant à elles un cadre de vie unique, d’une beauté sans égale. Quelques centaines d’offres d’emploi sont affichées chaque semaine et les possibilités de relève d’entreprises sont multiples!

Les possibilités sont variées, allant d’emplois spécialisés à ceux nécessitant moins de qualifications. La structure de l’emploi de la région s’articule principalement autour des services, notamment en santé, services sociaux et enseignement; de l’éolien; de la pêche; de la forêt et du tourisme. Principaux secteurs d’activités Agriculture; Pêche; Exploitation forestière; Éolien; Transformation des produits marins; Biotechnologies marines; Tourisme santé-nature.

LANAUDIÈRE

Population : 507 947 hab.

Taux de chômage : 4,6 %

Principales villes : Repentigny, Joliette, Mascouche, Rawdon, Terrebonne. Au nord du fleuve Saint-Laurent, la région de Lanaudière connaît, depuis quelques années, une urbanisation liée au prolongement urbain de Montréal et de Laval. La partie sud-ouest du territoire connaît une importante croissance démographique.

Principaux secteurs d’activités Agro-alimentaire ; Bioproduits végétaux ; Industrie manufacturière : papier, bois, métaux, caoutchouc, matière en plastique ; Production de composants métalliques et de meubles ; Construction résidentielle et commerciale. Secteurs qui recrutent Services d’enseignement ; Services publics ; Caouchouc et plastique ; Matériel de transport ; Soins de santé et assistance sociale ; Information, culture et loisirs

Le sud de la région est constitué de vastes terres fertiles, propices à l’agriculture, le nord étant fortement boisé et ouvert aux activités récréotouristiques et à l’industrie du bois (78 % du territoire est utilisé par l’industrie du bois).

Ses industries travaillent et prospèrent principalement dans les matériaux de construction, les meubles, le papier, le textile et le plastique. Par ailleurs, en tant que troisième région agricole du Québec, Lanaudière se distingue par l’importance de son secteur bioalimentaire. Les petites et moyennes entreprises sont nombreuses en Lanaudière. L’industrie manufacturière est l’un des secteurs économiques les plus développés de la région.

Cette région est de plus en plus présente sur la scène internationale, notamment dans le domaine du tourisme individuel ou de groupe.

LAURENTIDES

Population : 611 019 hab

Taux de chômage : 5,9 %

Principales villes : Mirabel, Mont-Tremblant, Saint-Jérôme, Sainte-Thérèse. La région des Laurentides est riche de la diversité de ses industries, de l’abondance de ses ressources naturelles et de la solidité de son industrie touristique.

La station de ski du Mont-Tremblant est une destination privilégiée. À moins de deux heures de Montréal, elle offre un cadre de vie alliant grands espaces et proximité des grands centres urbains. La région est reconnue pour être une destination de choix pour les Américains et un lieu de vie pour les personnes les plus aisées.

Les plus grandes compagnies y ont installé leurs entrepôts de déstockage, ouverts au public 7 jours sur 7, avec des prix inférieurs de 60 % au prix du marché. Reconnue pour ses emplois en haute technologie, la région compte aussi plus de 1 000 entreprises manufacturières établies dans les domaines du bois d’œuvre, des pâtes et papiers et des produits du plastique.

À noter que le secteur de l’aéronautique est fortement développé dans les Laurentides, avec la présence de tous les acteurs majeurs de ce secteur au Québec et au Canada.

Dans les Laurentides, le secteur tertiaire domine la structure économique de la région. Dans l’ensemble, ces activités seront en hausse au cours des prochaines années et continueront d’être les chefs de file de la création d’emplois.

La santé et les services professionnels, scientifiques et techniques continueront de croître à un rythme supérieur à la moyenne.

Principaux secteurs d’activités Transformation du bois et de produits alimentaires ; Aéronautique (Bombardier, Bell Helicopter, Messier-Dowty, Mecachrome, Turboméca, Pratt & Whitney, entre autres) ; Technologie du transport terrestre ; Récréotourisme et villégiature. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Soins de santé et assistance sociale ; Information, culture et loisirs ; Aliments, boissons et tabac ; Produits en bois ; Caoutchouc et plastique.

 LAVAL

Population : 432 858 hab.

Taux de chômage : 3,3 %

Troisième ville la plus peuplée du Québec, Laval est située sur la rive nord de la rivière des Prairies, en face de Montréal. Centre urbain important, Laval a su allier développement d’espaces verts, de centres commerciaux et de résidences. Les zones agricoles composent une partie importante du territoire.

Laval connaît une politique de développement urbain planifié, notamment avec le projet ÉvoluCité contribuant à développer une ville durable: habitat, environnement, accès en transports en commun. Depuis 2007, de nouvelles stations de métro la desservent et un prolongement de la ligne est annoncé pour les années à venir.

En septembre 2011, l’Université de Montréal (UdeM) a inauguré un tout nouveau campus à Laval, spécialisé en santé, éducation et intervention psychosociale. Rumontreal.ca/campus/laval/index.html

Principaux secteurs d’activités Industries manufacturières ; Production et transformation agroalimentaire ; Biotechnologie ; Sciences de l’information ; Laboratoires pharmaceutiques ; Services. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Commerce de détail ; Produits métalliques ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Machines ; Soins de santé et assistance sociale ; Aliments, boissons et tabac ; Hébergement et service de restauration

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DE LA VILLE DE LAVAL

Fruit de la réunion des anciens Centre local de développement (CLD) et Laval Technopole, Développement économique de la Ville de Laval inscrit son action au cœur du territoire et des acteurs locaux. Ce bureau municipal propose un service sur mesure aux entrepreneurs pour leur implantation et leur plan d’affaires. Le service de la mobi- lité internationale favorise l’emploi de travailleurs immigrants déjà présents à Laval ou encore à l’étranger pour répondre aux besoins spécifiques et exigeants des employeurs. Rlavaleconomique.com Principaux secteurs d’activités Industries manufacturières; Production et transformation agroalimentaire; Biotechnologie; Sciences de l’information; Laboratoires pharmaceutiques; Services.

MAURICIE

Population : 269 332 hab.

Taux de chômage : 6,8 %

Principales villes : Shawinigan, Trois-Rivières, La Tuque. Région historique (Trois-Rivières est la 2e plus ancienne ville du Québec, fondée en 1634), située à mi-chemin entre Montréal et Québec, la région de la Mauricie est aussi bien dotée d’atouts naturels et touristiques qu’économiques. L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) donne à la ville un côté estudiantin plaisant.

Avec ses deux grands pôles de développement urbain, TroisRivières et Shawinigan, l’économie de la région est traditionnellement ancrée dans l’exploitation des ressources naturelles (forêt, pâtes et papiers, agriculture) et la production hydroélectrique.

La Mauricie est principalement une région de petites et moyennes entreprises (PME). Pour assurer une diversification économique, elle mise aussi sur le secteur énergétique, les technologies de transformation des métaux, l’hydrogène et les électrotechnologies, les bioprocédés industriels et le meuble. Le tourisme connaît un bel essor autour du Parc national de la Mauricie, des réserves fauniques et des 17 000 lacs qui composent la région.

Principaux secteurs d’activités Secteur manufacturier  : industrie du bois, industrie des pâtes et papiers, métallurgie ; Meubles ; Énergie ; Hydrogène ; Transformation des métaux ; Tourisme. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Commerce de détail ; Produits métalliques ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Machines ; Soins de santé et assistance socaile ; Aliments, boissons et tabac.

SHAWINIGAN: LA CITÉ DE L’ÉNERGIE

 À une trentaine de kilomètres au nord de Trois-Rivières, la ville de Shawinigan est par excellence la « cité de l’énergie » avec le Centre d’excellence en efficacité énergétique (C3E) et le Laboratoire des technologies de l’énergie (LTE). La diversification de son économie la pousse à développer le matériel de transport, la transformation des métaux ainsi que l’électronique et les technologies de l’information et des communications. Rshawinigan.ca

MONTÉRÉGIE

Population : 1 554 282 hab.

Taux de chômage : 3,7 %

Principales villes : Belœil, Granby, Longueuil, Saint-Jean-surRichelieu, Saint-Hyacinthe, Sorel-Tracy, Vaudreuil-Dorion. La Montérégie possède tous les avantages des milieux urbains (écoles, hôpitaux, transports, etc.), auxquels s’adjoignent de grands espaces ruraux. Située à la périphérie de Montréal et s’étendant jusqu’à la frontière des États-Unis, elle dispose d’un vaste réseau routier qui la relie aux grands centres industriels du Nord-Est américain.

Elle joue ainsi un rôle de plaque tournante du fret entre le Québec et les ÉtatsUnis. Avec un faible taux de chômage et une importante croissance de l’emploi, la se positionne parmi les régions les plus performantes au Québec. La région se démarque aussi par la présence de secteurs

Principaux secteurs d’activités Agroalimentaire; Bioalimentaire et biotechnologie; Technologies de matériel de transport et logistique; Transformation des métaux ; Tourisme, loisirs.

Principaux secteurs d’activités Agroalimentaire ; Bioalimentaire et biotechnologie ; Technologies de matériel de transport et logistique ; Transformation des métaux ; Tourisme, loisirs.

Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Aliments, boissons et tabac ; Commerce de gros et de détail ; Transport en entreposage ; Finances, assurances, immobilier et location ; Services professionnels, scientifiques et techniques. notamment l’aérospatiale et l’aéronautique, ainsi que sur la diversité de son tissu agricole, agroalimentaire et bioalimentaire. Riche de la diversité touristique que l’on y retrouve, culture, agriculture et patrimoine s’y entremêlent.

Témoin d’un important pan de l’histoire, remplie des richesses de son terroir et fière de ses innovations, la Montérégie vous invite à de savoureuses découvertes. Mentionnons que la Montérégie est la deuxième destination des immigrants du Québec.

MONTRÉAL

Population : 2 029 379 hab.

Taux de chômage : 7,2 %

L’île de Montréal est constituée de la ville de Montréal et des agglomérations suivantes: Beaconsfield, Baie-D’Urfé, Côte-SaintLuc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, L’Île-Dorval, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Pointe-Claire, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville, Westmount. Centre culturel, industriel, commercial et financier,

Montréal exerce un fort pouvoir attractif sur les immigrants qui ont fait de la ville leur première région d’établissement au Québec.

Environ 75 % des nouveaux arrivants s’y installent. De manière générale, les immigrants comptent pour environ 33 % de la population de Montréal.

Principaux secteurs d’activités Finances et assurances ; Aérospatial ; Technologies de l’information ; Pharmaceutique ; Biotechnologies ; Santé ; Transports ; Multimédia et jeux vidéos ; Textile ; Tourisme, hébergement, loisirs. Secteurs qui recrutent Matériel de transport ; Produits métalliques ; Commerce de gros ; Transport et entreposage ; Finance, assurances, immobilier et location ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Soins de santé et assistance sociale ; Information, culture et loisirs.

LE GRAND MONTRÉAL, UNE ÉCONOMIE TRÈS DIVERSIFIÉE

Avec près de 66 % des emplois se trouvant sur l’île de Montréal et plus de 400 entreprises qui y ont leur siège social, la métropole mérite bien son titre de centre économique régional. Le secteur des services domine le marché du travail en fournissant 85 % des emplois.

Le Grand Montréal occupe également une place appréciable dans les secteurs financiers, de l’industrie aérospatiale, des technologies de l’information et des communications et il est reconnu au niveau mondial pour son expertise de pointe dans les sciences de la vie.

Le secteur du multimédia est en fort développement : la région est reconnue pour son innovation et sa créativité dans les secteurs de la fabrication, les logiciels, les services informatiques, portés par des entreprises de pointe comme Serti Informatique, les médias numériques interactifs, etc.

Sa situation géographique fait du Grand Montréal une place stratégique en matière d’échanges commerciaux autant dans les transports que grâce à des accords commerciaux.

Selon les prévisions d’Emploi-Québec, les secteurs des services monopoliseront plus de 95 % des emplois créés d’ici 2021 notamment dans les services professionnels, scientifiques et techniques, soins de santé et assistance sociale, finances, assurances,immobilier et location, services aux entreprises, services du bâtiment et autres et enfin hébergement et restauration.

À noter que 56 % de la population de la région de Montréal est bilingue (anglais-français). Ce taux est nettement supérieur en comparaison à l’ensemble du Québec et du Canada.

VILLE COSMOPOLITE

Avec quelque 120 communautés ethnoculturelles sur son territoire, Montréal est la ville cosmopolite par excellence et la principale région d’accueil des immigrants internationaux au Québec. L’agglomération de Montréal accueille chaque année environ 37 000 immigrants et en compte plus de 30 % dans sa population.

Les immigrants récents proviennent majoritairement des pays suivants : Algérie, Maroc, Haïti, France, Chine, Philippines, Liban, Roumanie, Colombie et Mexique.

UNE VIE CULTURELLE DYNAMIQUE

Montréal est la capitale canadienne des festivals, avec plus de 40 festivals et événements internationaux qui s’y tiennent chaque année, dont certains sont de véritables institutions (Festival international de jazz, Montréal en Lumières, Francofolies, etc.).

Les arts du cirque, grâce aux compagnies Cirque du Soleil, Cirque Éloize et Les 7 doigts de la main, entre autres, sont mondialement réputés.

UN PARC RÉSIDENTIEL ABORDABLE

Bien que les prix de l’immobilier aient tendance à grimper ces dernières années, Montréal reste l’une des rares métropoles au monde où le prix des logements est abordable.

Chaque arrondissement de Montréal offre une ambiance et un style de vie. Les loyers diffèrent en fonction de votre quartier d’installation. Le loyer moyen des appartements de deux chambres était compris entre 800 et 1 600 $ CAN.

LES UNIVERSITÉS ET LA RELÈVE SCIENTIFIQUE, TECHNOLOGIQUE ET COMMERCIALE

Selon le palmarès 2019 QS Best Student Cities, Montréal se positionne au 6ème rang des meilleures villes universitaires au monde, devant Paris. Chaque année, les employeurs de la région de Montréal peuvent compter sur un bassin de nouveaux diplômés universitaires issus de branches commerciales, technologiques et scientifiques, garantissant une relève hautement qualifiée.

Dans un pays où la qualité de l’enseignement est un souci constant, la région de Montréal se démarque par la réputation de ses universités. Les universités du Grand Montréal sont fréquentées par quelque 245 000 étudiants, dont 35 500 étrangers.

VILLE SÉCURITAIRE

Montréal est une ville dans laquelle on se déplace en toute sécurité. La criminalité, déjà très basse pour une grande ville, diminue régulièrement depuis 1990. Son taux de criminalité est l’un des plus bas en Amérique du Nord, mais le plus élevé au Québec.

NORD-DU-QUÉBEC

Population : 45 558 hab.

Taux de chômage : 5,8 %

Principales villes : Chibougamau, Chisasibi, Kuujjuaq. Le Nord-du-Québec est un immense territoire très peu peuplé, principalement occupé par des communautés autochtones (Cris, Innus, Inuits), et quelques francophones. Terre quasi vierge, la région offre un immense potentiel en ressources naturelles. L

Les habitants de la région essayent de travailler main dans la main pour créer un processus de développement durable et équitable. L’hydroélectricité (50 % de la production québécoise vient du Nord du Québec), l’industrie des mines (gisements de diamants dans les monts Otish) et l’industrie forestière sont au cœur des activités du Nord-du-Québec. L

La région de la Baie-James est une des plus actives alliant développement économique et touristique. Le Nord-du-Québec ne connaît qu’une très faible immigration, mais si vous êtes tenté de vous y établir, vous recevrez un accueil sur mesure.

Principaux secteurs d’activités Exploitation de la forêt et des mines ; Hydroélectricité ; Récréotourisme. Secteurs qui recrutent Extraction minière ; Transport et entreposage ; Soins de santé et assistance sociale ; Hébergement et service de restauration ; Commerce de détail ; Finance, assurances, immobilier et location.

OUTAOUAIS

Population : 390 830 hab.

Taux de chômage : 4,9 %

Principales villes : Gatineau, Cantley, Val-des-Monts. La région de l’Outaouais est située à l’extrême sud-ouest du Québec. La rivière des Outaouais marque la frontière entre le Québec et l’Ontario et sépare la ville de Gatineau d’Ottawa.

Secteurs principaux d’activités Agriculture ; Production et transformation du bois ; Récréotourisme Hautes technologies d’information et de télécommunication ; Industrie de la langue (expertise linguistique, traduction humaine ou automatique, etc.). Secteurs qui recrutent Commerce de détail ; Finance, assurances, immobilier et location ; Soin de santé et assistance sociale ; Information, culture et loisirs ; Commerce de gros ; Transport et entreposage ; Services professionnels, scientifiques et techniques.

La structure économique de l’Outaouais est étroitement liée à la proximité de la capitale fédérale Ottawa et compte ainsi de nombreux postes dans l’administration publique. Sa situation géographique lui offre une place stratégique près des grands centres d’affaires canadiens et américains. La région constitue un centre important de haute technologie, la plaçant numéro 1 au Québec quant à la proportion d’entreprises exportatrices dans ce secteur.

Elle est particulièrement innovante dans les technologies de l’information, dont la croissance est l’une des plus considérables en Amérique du Nord. Les industries régionales de télécommunication, de géomatique, de biotechnologies et de services multimédias connaissent un taux de croissance important.

Les emplois relevant du secteur tertiaire représentent 85,4 % de son produit intérieur brut (PIB) régional. La Ville de Gatineau affiche une volonté politique dynamique de mise en valeur de l’immigration et de la diversité culturelle. Soucieuse que ses habitants, quelles que soient leurs origines, puissent développer un sentiment d’appartenance à la ville,

Gatineau a adopté une politique active autour du rapprochement interculturel, de la diversité sur le territoire et de l’implication citoyenne. Son site internet offre des informations sur les activités valorisant la diversité culturelle ainsi qu’une liste des organismes œuvrant à l’accueil et l’intégration des immigrants.

La Ville organise des tours de ville en autobus ainsi que des initiations à la vie municipale. Rville.gatineau.qc.ca

SAGUENAY-LAC-SAINT-JEAN

Population : 277 406 hab.

Taux de chômage : 5,4 %

Principales villes : Saguenay, Alma, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Roberval. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est un immense territoire où l’on re – trouve une nature abondante. La région s’ouvre de plus en plus à l’immigration, un enjeu économique important dans les années à venir.

Principaux secteurs d’activités Agroalimentaire : lait, céréales, viandes, bleuet sauvage, pomme de terre de semence ; Production : aluminium et bois ; Hydroélectricité ; Commerce de détail, services de santé ; Récréotourisme. Secteurs qui recrutent Extraction minière ; Foresterie et exploitation forestière ; Produits en bois ; Machines ; Transport et entreposage ; Services professionnels, scientifiques et techniques ; Soins de santé et assistance sociale.

L’extraction des ressources naturelles et la transformation primaire occupent une portion importante de l’économie régionale. Cinq secteurs y occupent une place prépondérante: l’aluminium, le bois, l’hydroélectricité, l’agroalimentaire et le tourisme.

De 1998 à 2002, la région a accueilli le plus vaste chantier d’Amérique du Nord avec la construction de l’aluminerie Alcan à Alma. En 2000, le gouvernement a reconnu à la région le titre de Vallée de l’aluminium. Cela a contribué à greffer autour de la production d’aluminium des activités économiques de deuxième et de troisième transformations.

La région est maintenant reconnue dans le monde entier pour sa production. Ses établissements d’enseignement publics offrent plus de cinquante diplômes d’études collégiales (DEC) et ses quatre centres de services scolaires proposent des programmes menant à l’obtention d’un DEP ou d’une ASP dans différents centres de formation générale et professionnelle. RService régional de l’admission des Cégeps du Saguenay-LacSaint-Jean : srasl.qc.ca Dédié aux étudiants internationaux, Projet Études Québec est une initiative du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay qui vise à offrir à ces derniers un milieu de vie équilibré et un accompagnement personnalisé, de leur projet d’études à leur accès au marché du travail. Rprojetetudesquebec.ca L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) offre plus de 180 programmes d’études. Avec ses 6 500 étudiants de 58 nation différentes, c’est tout un mélange de cultures et de savoir qui s’unissent à la vie étudiante bien québécoise que propose l’UQAC. Ruqac.ca

Conclusion

Maintenant vous en connaissez un peu plus sur le Québec, il vous suffira de prendre le temps de toutes les découvrir et de pouvoir choisir votre région en fonction des opportunités que la région a offrir et de son taux de chômage évidemment.

Une bonne nouvelle pour vous, toutes les régions ont des besoins énormes en main-d’œuvre et ce dans plusieurs secteurs. Suffit que vous y regardiez d’un peu plus près pour découvrir que vous n’avez plus de raison pour dire que le Québec n’est pas faite pour vous.

Dernière information, comme plusieurs PME sont en pénurie de main-d’œuvre, il vous sera plus facile d’immigrer au Québec avec une offre d’emploi car fort probablement l’entreprise en question s’occupera de vous pour que vous immigriez vous et votre famille si vous êtes la perle rare.

Maintenant vous avez tous les outils en main pour choisir le Québec comme votre prochaine destination pour vous établir vous et votre famille.

Cliquez ici si vous voulez savoir comment fonctionne l’immigration au Québec ou au Canada

5 thoughts on “Comment choisir sa région au Québec pour s’établir et travailler parmi les 17 régions du Québec à découvrir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *